Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 20:06

Lien vers l'auteur

Lien vers la traductrice

 

Il était une fois, car si elle n'était pas, on ne la conterait pas.

Il était une fois un empereur, un empereur fort grand et fort puissant ; son empire était si grand que l'on ne savait ni où il commençait ni où il finissait.N6-copie-1.JPG

D'aucuns avançaient qu'il était sans confins. D'autres affirmaient se rappeler les plus anciens raconter qu'autrefois, l'empereur aurait livré bataille avec ses voisins. Aux dires de certains, ils étaient plus grands et plus puissants, selon d'autres, plus petits et plus chétifs que lui.

Des légendes sur cet empereur circulaient aussi loin que le monde est monde, rapportant que son œil droit riait tandis que celui de gauche ne cessait de pleurer. L'empire tout entier s'interrogeait sur la signification de cette étrange chose, cette impossible conciliation des yeux de l'empereur entre eux. Lorsque les plus braves s'aventuraient à lui poser la question, le sourire de ce dernier se muait aussitôt en rires et il ne pipait mot. Et c'est ainsi que l’inimitié entre les yeux de l'empereur restait un secret dont personne ne connaissait la clef, si ce n'était lui-même.

Ses trois fils grandirent. Et quels fils ! Mais quels fils ! Trois jouvenceaux dans l'empire semblables à trois astres dans le firmament ! Florea, l'aîné, était presque aussi haut qu'une toise, et si large d'épaules qu'on ne pouvait les comprendre de ses quatre paumes alignées. Costan, quant à lui, était bien différent : petit de stature, trapu de corps, bras virils et poing fort. Le troisième et le plus jeune fils de l'empereur s'appelait Petru : grand et fin, plus féminin que masculin. Petru ne parlait pas trop : il riait et chantait, chantait et riait du matin jusqu'au soir.

Parfois seulement, on le voyait s'assombrir, ramener d'une main ses cheveux tout à droite et tout à gauche de son front, et l'on aurait pu jurer alors contempler l'un des vieux sages de l'empire.

        - Oh Florea ! À présent que tu es grand ; va et demande à notre père, pourquoi un œil lui pleure tandis que l'autre rit à toute heure.

Ainsi parla Petru à son frère Florea un bon matin. Mais Florea ne s'y hasarda pas : il connaissait depuis tout petit la réaction de l'empereur son père quand on lui demandait pareille chose.

C'est à la même réponse que se heurta Petru avec son frère Costan.

        - Aucun ne s'y risque, à moi de m'y confronter, en conclut Petru. Aussitôt dit, aussitôt fait. Petru partit demander.

         - Que la peste bubonique te ronge la bile! En quoi cela te concerne-t-il ?, le foudroya l'empereur, hors de lui. Et il le gifla une fois sur la joue gauche, une fois sur la droite.

Petru, furieux, s'éloigna vite rapporter à ses frères la fâcheuse réaction de son père.

Or, depuis que Petru s'intéressait à cette histoire d'yeux, il semblait que le gauche pleurait moins tandis que le droit riait plus.

Il prit son courage à deux mains et repartit voir l'empereur. Giflé une fois, giflé deux fois ! Et en moins de temps qu'il ne faut pour le penser, la gifle vint le cingler. Petru de nouveau essuyait le courroux de son père. 

L’œil gauche pleurait dorénavant de temps en temps, l’œil droit semblait rajeuni de dix ans.

Puisque c'est ainsi, réfléchit Petru, je sais ce qu'il me reste à faire. J'irai, je demanderai, j'essuierai les gifles, cela tant que ses yeux ne riront pas tous deux.     

C'est ce qu'il dit, c'est ce qu'il fit ! Petru se tint coi aux deux coups chaque fois. 

        - Mon fils, Petru !, s'exclama plus tard et avec plus de douceur l'empereur aux deux yeux rieurs. Je vois que tu gardes martel en tête ; aussi vais-je te confier mon secret. Vois-tu, cet œil rit de joie à la vue de mes trois fils chéris ; mais l'autre pleure à la pensée qu'ils ne sachent gouverner en paix et défendre le pays de nos vils voisins. Mais si vous me rapportez l'eau de la fontaine de la Fée des Aurores, que je m'en lave les yeux, alors ils riront tous deux, car je saurais la bravoure de mes fils, et qu'en toute quiétude sur eux je peux me reposer.

Ainsi parla l'empereur. Petru décrocha son chapeau et courut rapporter à ses frères les propos entendus. Les fils de l'empereur se consultèrent et rapidement s'accordèrent, comme il se doit entre bons frères. Florea, le plus âgé des trois, se rendit donc à l'écurie, choisit le meilleur, le plus beau des chevaux, le sella et s'empressa d'aller faire ses adieux à toute la maisonnée. « Je pars, déclara-t-il.  Si je ne suis pas de retour dans un an, un mois, une semaine et un jour avec l'eau de la fontaine de la Fée des Aurores, alors toi, Costan, viens à ma recherche ». Et il s'éloigna.

Trois jours et trois nuits durant Florea point ne s'arrêta ; le cheval filait comme le vent par monts et par vaux, lorsqu'enfin ils parvinrent aux confins de l'empire.

(…)      

Partager cet article

Repost 0
Published by Seine & Danube - dans DES CONTES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Revue Seine & Danube
  • Revue Seine & Danube
  • : Seine & Danube est la revue de L'Association des Traducteurs de Littérature Roumaine (ATLR). Elle a pour but la diffusion de la littérature roumaine(prose, poésie, théâtre, sciences humaines)en traduction française.
  • Contact

Parutions récentes :
•Mircea Cărtărescu a réécrit son mythique poème Le Levant en l’adaptant partiellement en prose. Nicolas Cavaillès s’est attelé à la tâche, les éditions POL l’ont publié : il est paru en décembre dernier.
•Le recueil de poèmes de Doina Ioanid est enfin en librairie. Boucles d’oreilles, ventres et solitude, dans la traduction de Jan H. Mysjkin est paru en novembre aux éditions du Cheyne.
Esclaves sur Uranus de Ioan Popa est paru début décembre aux éditions Non Lieu dans la traduction de Florica Courriol. Le lancement, en présence de l'auteur, le 11 décembre à la librairie l'Âge d'Homme a rencontré un beau succès. A lire, un article dans Le Monde des Livres, dernier numéro de décembre 2014.
L’anonyme flamand, roman de Constantin Mateescu est paru en décembre aux éditions du Soupirail, dans la traduction de Mariana Cojan Negulescu. Suivez les déambulations du professeur taciturne dont c’est l’anniversaire : le roman retrace cette journée de sa vie entre réflexions et souvenirs de sa femme aimée.
• Max Blecher eut une vie très courte mais il a laissé une œuvre capitale. Aventures dans l’irréalité immédiate vient d’être retraduit par Elena Guritanu. Ce texte culte est publié avec, excusez du peu, une préface de Christophe Claro et une postface de Hugo Pradelle. Les éditions de l’Ogre ont fait là un beau travail car elles publient sous la même couverture Cœurs cicatrisés, le deuxième des trois seuls romans de cet auteur fauché par la maladie en 1938.
• L’hiver 2014-2015 est décidément très riche en livres exceptionnels : Les vies parallèles, nouveau livre de Florina Ilis, sort le 15 janvier aux éditions des Syrtes dans la traduction de Marily le Nir. Le talent de la romancière fait revivre les dernières années du poète Mihai Eminescu devenu fou. Le roman déploie devant nos yeux toute la société roumaine à travers ce qu’elle pense et dit du poète national utilisé à toutes les fins politiques et idéologiques. Plongez dans la vie de ce poète romantique.
•La célèbre poétesse Nora Iuga a écrit un court roman intense et beau, La sexagénaire et le jeune homme que nous avions annoncé ici. Il est paru aux éditions Square éditeur. A découvrir d’urgence.

 

Recherche

Numéro courant et archives

Cliquez ici pour retourner à l'éditorial du numéro courant

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 6

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 5 

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 4

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 3 

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 2

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 1

... des traducteurs invités

Faustine Vega

L'ATLR, c'est quoi?

L'Association des traducteurs de littérature roumaine (loi 1901) a été fondée à Paris en décembre 2006.  Son objet est de favoriser la diffusion de la littérature roumaine en langue française par tout moyen.  Son siège social est situé à  l'Institut Culturel Roumain de Paris.sigle atlr

L'ATLR a organisé en avril 2008 à Paris les Premières rencontres internationales de traducteurs de littérature roumaine. Ces deux journées d'ateliers ont réuni 17 traducteurs littéraires de 18 pays.

La revue Seine&Danube, nouvelle série, a vu le jour en janvier 2010. Deux numéros ont paru sous la houlette de Nicolas Cavaillès, son premier rédacteur en chef.

Seine&Danube est le résultat du travail de tous les membres de l'association.

Président : Dumitru Tsepeneag

Secrétaire : Laure Hinckel

Trésorière: Mirella Patureau