Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Ion Creanga (1837-1889), dit aussi « Nica, fils de Stefan, lui-même fils de Pétré le Savetier », aîné d’une nombreuse fratrie de paysans bénéficia de deux grands protecteurs : sa mère Smaranda, qui lui donna non seulement vie mais le poussa à s’instruire, et Mihai Eminescu, le grand poète, à qui il doit sa naissance en tant qu’écrivain.

Son parcours est assez atypique. Sa biographie est retracée notamment dans ses Souvenirs d’enfance. Il est villageois et le reste. À partir de 1847 il apprend à lire et écrire avec le chantre de l’église du village. Ensuite, sa mère, tenace dans sa décision de le voir s’instruire à tout prix, l’envoie à l’école de Broşteni, puis de Târgu Neamţ. Après l’école de catéchèse de Fălticeni, il continue sa formation au séminaire de Socola, pour devenir prêtre.

Diplôme en poche, en 1859 il se marie et est ordonné diacre, officiant pendant trois ans notamment à l’Église des Quarante Martyrs de Iaşi. Il suit parallèlement les cours de l’École normale et obtient son diplôme d’instituteur. Il exerce cette profession alors qu’il continue ses activités de diacre.

Mais voilà, qu’en 1871, il ose porter un chapeau à la place de la toque noire orthodoxe, ce qui soulève un tollé de la part du clergé. De surcroît, il est dit qu’il aurait chassé la corneille, pratique qui va à l’encontre du canon d’un concile local. Il est donc « chassé » lui-même (déposé) du clergé, par le Métropolite de la Moldavie, tandis que le ministre de l’instruction publique, Christian Tell, le destitue du poste d’instituteur, sous prétexte d’immoralité ! Ultérieurement, Titu Maiorescu le remettra dans ses fonctions.

Sur incitation de son grand ami Mihai Eminescu, il publie son premier conte : La belle-mère aux trois belles-filles ; une prose naît ainsi, faite d’infinie subtilité, de jovialité et de bonne humeur aidant le fantastique à descendre sur terre. Ses héros ne sont autres que des paysans ou des animaux merveilleux empruntant aux villageois leurs traits de caractère et de comportement : La chèvre et ses trois biquets ; La petite bourse aux pièces d’or ; L’histoire du cochon.

La dernière partie des Souvenirs d’enfance paraîtra à titre posthume, car l’auteur s’éteint le 31 décembre 1889, quelques mois après son ami Mihai Eminescu.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Revue Seine & Danube
  • Revue Seine & Danube
  • : Seine & Danube est la revue de L'Association des Traducteurs de Littérature Roumaine (ATLR). Elle a pour but la diffusion de la littérature roumaine(prose, poésie, théâtre, sciences humaines)en traduction française.
  • Contact

Parutions récentes :
•Mircea Cărtărescu a réécrit son mythique poème Le Levant en l’adaptant partiellement en prose. Nicolas Cavaillès s’est attelé à la tâche, les éditions POL l’ont publié : il est paru en décembre dernier.
•Le recueil de poèmes de Doina Ioanid est enfin en librairie. Boucles d’oreilles, ventres et solitude, dans la traduction de Jan H. Mysjkin est paru en novembre aux éditions du Cheyne.
Esclaves sur Uranus de Ioan Popa est paru début décembre aux éditions Non Lieu dans la traduction de Florica Courriol. Le lancement, en présence de l'auteur, le 11 décembre à la librairie l'Âge d'Homme a rencontré un beau succès. A lire, un article dans Le Monde des Livres, dernier numéro de décembre 2014.
L’anonyme flamand, roman de Constantin Mateescu est paru en décembre aux éditions du Soupirail, dans la traduction de Mariana Cojan Negulescu. Suivez les déambulations du professeur taciturne dont c’est l’anniversaire : le roman retrace cette journée de sa vie entre réflexions et souvenirs de sa femme aimée.
• Max Blecher eut une vie très courte mais il a laissé une œuvre capitale. Aventures dans l’irréalité immédiate vient d’être retraduit par Elena Guritanu. Ce texte culte est publié avec, excusez du peu, une préface de Christophe Claro et une postface de Hugo Pradelle. Les éditions de l’Ogre ont fait là un beau travail car elles publient sous la même couverture Cœurs cicatrisés, le deuxième des trois seuls romans de cet auteur fauché par la maladie en 1938.
• L’hiver 2014-2015 est décidément très riche en livres exceptionnels : Les vies parallèles, nouveau livre de Florina Ilis, sort le 15 janvier aux éditions des Syrtes dans la traduction de Marily le Nir. Le talent de la romancière fait revivre les dernières années du poète Mihai Eminescu devenu fou. Le roman déploie devant nos yeux toute la société roumaine à travers ce qu’elle pense et dit du poète national utilisé à toutes les fins politiques et idéologiques. Plongez dans la vie de ce poète romantique.
•La célèbre poétesse Nora Iuga a écrit un court roman intense et beau, La sexagénaire et le jeune homme que nous avions annoncé ici. Il est paru aux éditions Square éditeur. A découvrir d’urgence.

 

Recherche

Numéro courant et archives

Cliquez ici pour retourner à l'éditorial du numéro courant

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 6

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 5 

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 4

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 3 

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 2

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 1

... des traducteurs invités

Faustine Vega

L'ATLR, c'est quoi?

L'Association des traducteurs de littérature roumaine (loi 1901) a été fondée à Paris en décembre 2006.  Son objet est de favoriser la diffusion de la littérature roumaine en langue française par tout moyen.  Son siège social est situé à  l'Institut Culturel Roumain de Paris.sigle atlr

L'ATLR a organisé en avril 2008 à Paris les Premières rencontres internationales de traducteurs de littérature roumaine. Ces deux journées d'ateliers ont réuni 17 traducteurs littéraires de 18 pays.

La revue Seine&Danube, nouvelle série, a vu le jour en janvier 2010. Deux numéros ont paru sous la houlette de Nicolas Cavaillès, son premier rédacteur en chef.

Seine&Danube est le résultat du travail de tous les membres de l'association.

Président : Dumitru Tsepeneag

Secrétaire : Laure Hinckel

Trésorière: Mirella Patureau