Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 00:00

Orphelinat en hiverCadre numero 2


Je compte nos nuits - celles définitivement perdues
La neige avance le long de notre sang
sage perfusion létale
comme jadis
quelle fraîcheur seul mon semblable pouvait me saisir
(oh ! douce douane écorchée
était notre chair)

La neige avance le long de notre sang
étrangère et sage
Une sagesse étrange osseuse
touche notre volupté
Rance et salé
le jus de ton corps jeune un samedi sans amour
Sage perfusion létale - la bête osseuse
Mon amour - un orphelinat en hiver


La descente des anges


L’amour n’existe plus. Grâce à toi : il n’existe plus. Il existe
seulement cette bouche souillée la mienne qui prononce
des mots : joie tendresse amour matin
sens lumière herbe plaisir

Mais seule la cruauté existe dans le monde

et cette pluie de sang
cette hémorragie obscure la tienne

oh ! à quoi bon cette pluie de sang : on s’en fout désormais

à quoi bon les signes que tu nous fais
L’amour n’existe plus Seigneur
Nous sommes entièrement dans tes mains

Nous sommes dans tes mains et marchons dans la couche noire de sang
comme dans l’herbe givrée de l’automne

Nous sommes dans tes mains Seigneur. Tes chiens
pareils à des flocons de neige qui aboient
tombent du ciel. Il neige des roquets
Des gueules affamées hurlent aux étoiles
Oui. Nous sommes à toi Père. Nous vilipendons en ton nom :
Que ta volonté de bourreau soit faite

Je suis Marta. Je me mets à genoux. Je tends mon cou. Amen


J’accepte


Depuis longtemps j’accepte de mourir
J’accepte aussi que tu vas mourir

Les éléments de nos cadavres vont se dissiper dans la pluie et la poussière
des deux continents aléatoires

Nous sommes séparés par un océan dont j’ignore la couleur
tu regardes une lumière que mes pupilles ne capteront jamais

Bien sûr : j’ai oublié le goût de ta salive
je ne connais plus
le sel de tes larmes le sel de ton sang
En vain je me souviens de ton visage de la lumière d’hier
en vain je te porte dans mon cerveau comme dans un abri atomique
vifs ou morts les éléments chimiques de nos corps
ne se mélangeront plus

Chacun de nous mourra dans un autre lieu


Quelque chose de nous


Quelque chose de nous survivra
après notre mort
quelque chose survivra
me passe par la tête
en même temps un désespoir un désespoir
noir comme l’encre noir de ma lettre
je t’écris des lettres de plus en plus courtes et rares
le désespoir me saisit et me tire vers le bas
vers les lattes du plancher vers les caves humides
vers les cavernes qui sont les miennes
Je suis mortelle

et si je suis ici et maintenant une mortelle comme une autre
qui
de quel droit
corrompt la pureté de ma nature
et me met dans la tête
cette pensée comme une mouche sans vergogne :
quelque chose de moi quelque chose de toi mon amour mon homme
stupide et silencieux
quelque chose de nous ne mourra pas ne mourra pas ne mourra pas



Les poèmes sont extraits du volume Falanga (La phalange), Editura Dacia,
Cluj, 2001.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seine & Danube - dans DE LA POESIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Revue Seine & Danube
  • Revue Seine & Danube
  • : Seine & Danube est la revue de L'Association des Traducteurs de Littérature Roumaine (ATLR). Elle a pour but la diffusion de la littérature roumaine(prose, poésie, théâtre, sciences humaines)en traduction française.
  • Contact

Parutions récentes :
•Mircea Cărtărescu a réécrit son mythique poème Le Levant en l’adaptant partiellement en prose. Nicolas Cavaillès s’est attelé à la tâche, les éditions POL l’ont publié : il est paru en décembre dernier.
•Le recueil de poèmes de Doina Ioanid est enfin en librairie. Boucles d’oreilles, ventres et solitude, dans la traduction de Jan H. Mysjkin est paru en novembre aux éditions du Cheyne.
Esclaves sur Uranus de Ioan Popa est paru début décembre aux éditions Non Lieu dans la traduction de Florica Courriol. Le lancement, en présence de l'auteur, le 11 décembre à la librairie l'Âge d'Homme a rencontré un beau succès. A lire, un article dans Le Monde des Livres, dernier numéro de décembre 2014.
L’anonyme flamand, roman de Constantin Mateescu est paru en décembre aux éditions du Soupirail, dans la traduction de Mariana Cojan Negulescu. Suivez les déambulations du professeur taciturne dont c’est l’anniversaire : le roman retrace cette journée de sa vie entre réflexions et souvenirs de sa femme aimée.
• Max Blecher eut une vie très courte mais il a laissé une œuvre capitale. Aventures dans l’irréalité immédiate vient d’être retraduit par Elena Guritanu. Ce texte culte est publié avec, excusez du peu, une préface de Christophe Claro et une postface de Hugo Pradelle. Les éditions de l’Ogre ont fait là un beau travail car elles publient sous la même couverture Cœurs cicatrisés, le deuxième des trois seuls romans de cet auteur fauché par la maladie en 1938.
• L’hiver 2014-2015 est décidément très riche en livres exceptionnels : Les vies parallèles, nouveau livre de Florina Ilis, sort le 15 janvier aux éditions des Syrtes dans la traduction de Marily le Nir. Le talent de la romancière fait revivre les dernières années du poète Mihai Eminescu devenu fou. Le roman déploie devant nos yeux toute la société roumaine à travers ce qu’elle pense et dit du poète national utilisé à toutes les fins politiques et idéologiques. Plongez dans la vie de ce poète romantique.
•La célèbre poétesse Nora Iuga a écrit un court roman intense et beau, La sexagénaire et le jeune homme que nous avions annoncé ici. Il est paru aux éditions Square éditeur. A découvrir d’urgence.

 

Recherche

Numéro courant et archives

Cliquez ici pour retourner à l'éditorial du numéro courant

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 6

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 5 

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 4

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 3 

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 2

Cliquez ici pour consulter l'éditorial du numéro 1

... des traducteurs invités

Faustine Vega

L'ATLR, c'est quoi?

L'Association des traducteurs de littérature roumaine (loi 1901) a été fondée à Paris en décembre 2006.  Son objet est de favoriser la diffusion de la littérature roumaine en langue française par tout moyen.  Son siège social est situé à  l'Institut Culturel Roumain de Paris.sigle atlr

L'ATLR a organisé en avril 2008 à Paris les Premières rencontres internationales de traducteurs de littérature roumaine. Ces deux journées d'ateliers ont réuni 17 traducteurs littéraires de 18 pays.

La revue Seine&Danube, nouvelle série, a vu le jour en janvier 2010. Deux numéros ont paru sous la houlette de Nicolas Cavaillès, son premier rédacteur en chef.

Seine&Danube est le résultat du travail de tous les membres de l'association.

Président : Dumitru Tsepeneag

Secrétaire : Laure Hinckel

Trésorière: Mirella Patureau